Les 7 erreurs à éviter lorsque l’on souhaite recruter des jeunes talents !



Le recrutement d’un étudiant stagiaire ou alternant représente un réel enjeu et contribue largement à la croissance des entreprises.

C’est une procédure parfois complexe et chronophage car même si les candidats juniors sont peu expérimentés ils n’en restent pas moins très exigeants.


En effet, les nouvelles générations ont eu une toute nouvelle vision du travail. Les jeunes ne sont plus dans l’attente désespérée de trouver un emploi mais de trouver une entreprise qui partage les mêmes valeurs.


Recruter des profils juniors est une vraie responsabilité et on vous présente les différentes erreurs à ne pas commettre lorsque l’on souhaite recruter un jeune talent.


Ne pas respecter les bons timings :



Lors d’un recrutement de stagiaires et alternants respecter les délais et anticiper vos besoins est la clef d’un bon recrutement. En effet, les recrutements des stagiaires et alternants se font généralement sur trois périodes : dès la rentrée en septembre, en début d’année (janvier/février) et une dernière période en avril. Il est important d’anticiper vos besoins car trouver un stagiaire et un alternant peut mettre du temps et partager vos offres trop tard peut vous faire perdre les meilleurs candidats. Une grande partie des offres de stage publiées à la rentrée concernent des stages pour le début du printemps suivant.



Ne pas être présent sur les réseaux sociaux :


Les nouvelles générations et plus particulièrement la génération Z sont connectées en permanence aux réseaux sociaux. En effet, ils font partie intégrante de leur vie personnelle mais aussi professionnelle.

La plus grande erreur pour une entreprise qui souhaite recruter des jeunes serait de n’être présent sur aucun réseau social. C’est donc sur ces réseaux que vous trouverez les jeunes talents. Vous pouvez sourcer les candidats sur tous les réseaux sociaux : les plus prisés tels que LinkedIn mais également les nouveaux émergents comme Tik Tok.


Pensez également à soigner vos pages entreprises, en effet les jeunes talents iront systématiquement vérifier votre page sur les réseaux sociaux.



Chercher le mouton à 5 pattes :


Très souvent les recruteurs sont à la recherche de profils juniors très complexes ou même les candidats les plus talentueux ne remplissent pas tous les critères.

Il ne faut pas oublier que lorsque l’on recrute des jeunes profils, les candidats ne pourront pas avoir les compétences techniques d’un senior. Embaucher des jeunes profils c’est aussi accepter de les former et les aider à développer leurs compétences.


Pour choisir le bon candidat, il faut alors se baser sur les différents softs skills. De plus, prendre en considération les softs skills dans le processus de recrutement donne une réelle identité à l'entreprise pour la génération Z.


Un recruteur attentif aux valeurs du candidat et de son entreprise est désormais essentiel pour séduire ces jeunes diplômés.



Ne pas travailler sa marque employeur :


La marque employeur correspond à l’image que renvoie une entreprise à ses employés et ses candidats : les valeurs de l’entreprise, sa culture et toutes les actions de marketing et de communication destinées à améliorer son image de marque.

La marque employeur est ce qui différencie une entreprise d’une autre, en effet plus une entreprise aura une marque employeur positive plus cela aura un impact positif sur ses recrutements.


La plus grande erreur qu'une entreprise peut faire est de ne pas soigner son image ni travailler sa marque employeur. En effet, les jeunes générations sont de plus en plus sensibles aux valeurs et aux engagements des entreprises. Ils sont en quête de sens dans leur métier.

N’hésitez pas à partager tous vos engagements qu’ils soient sociaux ou écologiques vous pourrez attirer l’attention des jeunes et promouvoir votre entreprise.




Ne pas mettre en avant la qualité de vie au travail :



Les jeunes générations peuvent être plus exigeantes sur la qualité de vie proposée par l’entreprise qu’auparavant. Il est donc très important que vous leur communiquiez lors de premier entretien les différentes modalités de leur vie en entreprise.

Par exemple s’ils travaillent seuls ou en équipe, avec quel personnage vont-ils interagir. Ils ont besoin de s’assurer que leur environnement de travail soit agréable et puisse les stimuler. Les jeunes salariés désirent avoir une certaine qualité de vie au travail, des horaires parfois flexibles et surtout la possibilité de faire du télétravail.




Ne pas donner de feedback :


Selon le livre blanc du cabinet Robert Walters en 2015 79 % des candidats n’auraient jamais eu de retour après un entretien d’embauche ! Et pourtant les retours après un entretien constituent un élément majeur de l’expérience candidat et de l’image qu’un candidat peut se faire de votre entreprise.

Les feedbacks permettent d’engager les candidats dans le processus de recrutement, de travailler sa marque employeur et son image auprès des candidats. Pendant le premier contact avec le candidat, expliquez lui votre processus de recrutement et les différentes phases.

Évitez la phrase “sans réponse de notre part sous 2-3 semaines, considérez que nous n’avons pas retenu votre candidature”.

Les retours mêmes négatifs sont impératifs pour les candidats, en effet pour 88% des candidats ne pas répondre, même en cas de rejet de la candidature, est un véritable manque de respect.


Ne pas mettre en relation avec le manager concerné :

Le recrutement collaboratif avec le duo recruteur-manager devient indispensable pour améliorer la stratégie de recrutement. En effet selon un sondage IFOP pour Monster et Hopscotch 64% des candidats préfèrent passer le premier entretien avec un manager !


Il est important que les candidat se sentent impliqués dans l’entreprise surtout pour les jeunes générations qui souhaitent apporter du sens à leur parcours professionnelle. Rencontrer dès la phase de recrutement la personne avec qui on va être amené à travailler directement permet de considérablement briser la glace et d’avoir un premier aperçu de l'entreprise. En effet, en apprenant à faire connaissance avec le manager, le candidat se projettera plus facilement dans l’entreprise et sera donc plus susceptible d’accepter une offre.